Enfants en difficulté ou en grande souffrance

Le Département a pour mission de répondre aux situations d'enfants en difficulté ou en grande souffrance

Ces situations nécessitent des rencontres avec les parents pour chercher avec eux des moyens de restaurer de meilleures conditions de vie familiale adaptées aux besoins de leurs enfants.

De même, lorsqu’une relation mère - enfant se trouve dans une situation grave et aigüe et nécessite un accompagnement dans un cadre protégé, un accueil peut être proposé en Maison Maternelle, pour les femmes enceintes ou les mères ayant au moins un enfant de moins de 3 ans.

De même pour les mineurs étrangers isolés, l’absence de représentant légal amène l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) à demander une tutelle d’état et à le prendre en charge.

Pour répondre à ces situations, la Maison Départementale de Solidarité ou l’ASE (Cellule de recueil des informations préoccupantes et des signalements - CRIPS -) peuvent être interpellées par le parent lui-même, un membre de la famille, l’enfant, un professionnel en contact avec l’enfant, un médecin, une école… (en savoir plus)

La loi impose au Conseil Général de s’assurer des conditions de vie de l’enfant (évaluation médico-psycho-sociale) dans un dialogue avec les parents et de leur proposer des améliorations, à défaut de quoi, le risque en couru par l’enfant peut s’aggraver et imposer de saisir la justice.

Aide sociale à l'Enfance :

5 rue Gaston Drey ,  65000 TARBES

Ecrire

Tel : 05 62 56 74 72

(Y aller)

La Cellule de Recueil des Informations Préoccupantes et des Signalement (CRIPS) :

Toute personne inquiète sur la situation d’un enfant peut s’adresser à la MDS de son territoire, appeler le 119 (numéro national gratuit) ou s’adresser à l’Aide Sociale à l’Enfance.

Les objectifs de la CRIPS :

- améliorer le repérage et la transmission des situations d’enfant en risque ou en danger le plus en amont possible, vers les professionnels en capacité de produire des évaluations et de proposer des actions visant à améliorer les situations et soutenir les parents à leur domicile ;

- centraliser les informations, pour une observation départementale des problèmes de protection des enfants ;

- Renforcer les liens avec la Justice pour les situations les plus graves pour lesquelles les actions d’aide à domicile se montrent insuffisantes ;

- Favoriser les partenariats avec les acteurs de la protection de l’enfance pour développer les actions de prévention.

Modifier le commentaire 

par Administrateur CD65 le 15 nov. 2016 à 16:28

haut de page